MANAGERS, ANALYSEZ AUTANT LES RÉUSSITES QUE LES ÉCHECS DE VOS COLLABORATEURS.

Depuis l’enfance, nous apprenons à nous relever après un échec. Ce n’est pas forcément chose acquise et cela demande un minimum de confiance en soi, même à l’âge adulte. Mais il est entendu aujourd’hui que le droit à l’erreur est important, du moment que nous savons analyser les raisons de nos échecs pour les corriger et réussir la fois d’après.

Un manager qui souhaite aider un collaborateur en échec analyse avec les lui les raisons de cet échec, les difficultés qu’il a pu rencontrer, ce qu’il fera différemment dans le futur, identifie les moyens de corriger et d’améliorer ses pratiques.

Qu’en est-il de nos réussites ? que fait un manager lorsqu’un collaborateur réussit, atteint ou dépasse ses objectifs ? Certes il le félicite, tous les manuels de management préconisent la reconnaissance, la félicitation. Pourquoi ne pas appliquer la même méthode : lui permettre une auto-analyse des raisons de sa réussite, lui demander ce qui lui a permis d’atteindre son objectif, ce qui l’a aidé à dépasser vos attentes, sur quels talents il s’est appuyé pour aller si loin ?

Quelles seront les bienfaits d’une telle pratique managériale ? :

–         Le collaborateur est valorisé (rien de pire qu’un manager qui ne voit que ce qui ne va pas)

–         Il renforce sa confiance en lui par un ancrage positif

–         Il a envie de continuer à réussir, à faire des efforts

–         Il identifie ses forces et peut ainsi les dupliquer sur les missions plus ardues, cela peut même l’aider sur des tâches où il a moins de réussite.

Managers, analysez autant les réussites que les échecs de vos collaborateurs. Cela ne vous semble peut-être pas naturel, et pour cause, notre système scolaire est construit sur la correction des erreurs (nos fautes soulignées en rouge dans nos dictées) et non sur la valorisation de nos réussites (d’autres modèles existants font souligner en vert les mots correctement orthographiés !). Expérimentez, vous serez surpris de l’efficacité de cette pratique … que vous pouvez aussi appliquer pour vous-même. Attitude positive !

Un article signé Laurence Ballereau, Consultante formatrice DMM France.